• Blog
  • Ambassades & Antennes
  • S'enregistrer Connexion
    Retour aux articles

    Actualités

    Thibault JOSSE – ENTREPRENDRE A L’ETRANGER

    Françoise Madies

    24 mai 2018


    Thibault JOSSE, P20, est un entrepreneur. Sa particularité est qu’il a créé son entreprise à l’étranger.

    Il nous livre ci-dessous le témoignage de sa création d’entreprise au Laos avec l’enthousiasme qui le caractérise. Cela se lit comme les pages d’un roman d’aventures.

    « Une aventure Indochinoise…

    C’est avec une certaine nostalgie que je repense à mon arrivée au Laos.

    Une arrivée d’autant plus compliquée car je venais de quitter l’Afrique et sa belle Côte d’ivoire. Un climat politique difficile à l’époque dans ce pays et une offre d’emploi toute fraîche arrivant sur mon bureau auront finalement eu raison de moi. C’est donc avec le cœur chargé d’amertume et avec un sentiment d’inachevé que je dus faire mes adieux à mon petit quartier de la zone 4 de Marcory et aux pistes en latérite d’Abidjan pour les montagnes et la jungle tropicale du Laos.

    Ce jour-là, en quittant Abidjan, avachi dans mon wôrô-wôrô (taxi local), je me revois encore bercé par les effluves de cacao de la SOCA non loin de là, me demandant si je remettrais un jour les pieds dans ce fascinant pays et que j’étais bien fou de tout quitter pour repartir vers l’inconnu à l’autre bout du monde.

    Quelques jours plus tard me voilà à bord d’un ATR bi-moteurs de Lao Airline survolant les montagnes du Laos. Je me souviens encore de cette arrivée dans le Nord du pays. Les premières choses m’ayant frappé ? La différence d’humidité, la végétation, les rizières et leurs reflets, les paradoxes entre les différentes ethnies du Laos. Deux saisons après avoir été parachuté dans un Lodge haut de gamme, dans le nord du pays en tant que Directeur général et seul étranger sur site, je décide donc de monter ma propre affaire à Luang Prabang, petite ville classée au patrimoine mondiale de l’Unesco au charme désuet en grande partie lié à la présence française à l’époque de l’Indochine. Un rêve qui se concrétise, d’autant plus que dans cette aventure je ne suis pas seul ! Mao, ma compagne de toujours, est à mes côtés et sans elle, croyez-moi, rien n’aurait pu être possible. Nous voilà donc tous les deux en pleine rue principale de la ville rénovant une vieille shophouse et la transformant en ce qui deviendra plus tard LE TANGOR.

    Après presque 6 ans de développement, nous sommes toujours là, bien implantés dans le tissu local de la ville. LE TANGOR, fort d’une excellente réputation, est devenu un des lieux incontournable de Luang Prabang. Créer une entreprise est une aventure à part que je souhaite à chacun d’entre nous. Il y a des moments difficiles, des passages à vides, des incertitudes, mais que votre entreprise soit un succès ou un échec, on en ressort toujours avec quelque chose. Un esprit d’entreprendre, une audace, une aptitude à prendre des décisions rapidement en sachant que ce ne sera pas toujours les bonnes, se remettre en question, constamment, afin de rester dans la course.

    Le challenge à l’étranger pour moi était une évidence. Moins de lourdeur administrative, plus de marge de manœuvre mais aucune visibilité à long terme, un sentiment constant que demain tout peut s’écrouler, tout peu disparaitre dans un pays où, en tant qu’étranger on ne peut rien posséder légalement, plus de liberté mais moins de sécurité en fin de compte.

    Mon seul conseil à ceux qui aimeraient tenter l’aventure serait de ne pas trop réfléchir au départ, de bien s’entourer et de miser sur une intuition, une certitude et de tout mettre en œuvre pour lui faire prendre la forme que l’on souhaite. Pour lui donner vie, peu importe l’énergie, le temps, l’argent que cela demandera. Il y a des moments dans la vie où il ne faut pas hésiter, où il faut prendre des risques, des risques mesurés bien entendu mais il faut savoir oser.

    Cet esprit d’initiative, d’entreprendre c’est en grande partie à Savignac que je l’ai affûté, lors des travaux de groupe du PCE ainsi qu’auprès de mes camarades de promo. C’est par mon esprit créatif et mon tempérament de leader que je me suis affirmé et que j’en suis là aujourd’hui. C’est aussi pour cette raison que depuis le début de cette aventure au Laos je me suis efforcé d’employer des jeunes diplômés de Savignac et cela a été un immense privilège d’avoir pu travailler avec ces gens formidables issus d’un même cursus: Brice Lamarque, P24, Hubert Frérot, P23, Marie Leroy, P26, et maintenant Charles Leglise, P27. C’est aussi auprès de ces nouvelles générations que je progresse et que j’adapte mon style de management.

    La prochaine étape ? Nous ne savons pas, c’est aussi ce qui fait partie du charme de cette vie. »

    Pour une visite virtuelle de TANGOR, suivez le lien : www.thetangor.com.

    Si ces quelques lignes vous ont interpelé/es, si vous souhaitez échanger avec Thibault en direct : thetangor@outlook.com.

    Partager sur :

    Retour aux articles